EdithBedard.ca Mon arbre

EdithBedard.ca

Le récit des derniers mois et des derniers moments de Louisette

Je reconnais l’écriture en fines pattes de mouche d’Urbain, mon futur père. L’émotion le submerge, il enjoint ses enfants à ne jamais oublier leur maman chérie qui a tant souffert. J’ose à peine imaginer quel effet la lecture de ce texte allait avoir sur les enfants quand, des années plus tard, ils allaient le lire et, sûrement, le relire.

17005a

« 19 septembre 1943

P’tite maman rendit l’âme à Dieu ce jour-là, un dimanche soir à 9.10 (8.10 heure solaire)- Chambre 223, hôpital St-Sacrement où elle était hospitalisée depuis le 16 janvier. Papa était à son chevet à ses derniers moments ainsi que sa garde-malade privée. Maman garda sa parfaite connaissance jusqu’à la fin. Profondément croyante, la mort l’a prise résignée. Sans tomber dans la présomption, elle avait foi en un Dieu miséricordieux. Pauvre maman, elle avait souffert durant de longs mois, offrant ses peines pour elle et pour ceux qu’elle aimait tant! Elle avait soif du Ciel, disait-elle souvent.

Son poids, de 150 lbs, un an plus tôt, était tombé à quelque 60 livres. Dans l’avant-midi, elle avait reçu l’Extrême-Onction. C’était la troisième fois depuis mars. Le cœur, rendu à bout par la souffrance, fléchit souvent ce jour-là pour finalement ne plus se ranimer… Dix mois alitée, sans se lever le moindrement. Cancer de la colonne vertébrale et des os du bassin. Sûr que sa place doit être très belle Là-Haut, c’est pour cela qu’elle a fait le sacrifice de sa vie, sachant qu’elle pourrait vous aider, étant proche de Celui qui peut tout et de celle qui est notre mère à tous. Jusqu’à son dernier jour, p’tite maman parla toujours avec un amour et une tendresse incomparable de ses chers petits. Rendez-lui cet amour en pensant à elle jusqu’à votre dernier jour et surtout en priant pour elle. P’tite maman dort son dernier sommeil dans le cimetière de Charlesbourg.

Durant les vacances 1943, chaque dimanche réunissait les enfants et papa avec maman que le Ciel devait nous ravir à la tombée des feuilles. »

Source : Archives familiales

Retour à 170 - La mort de Louisette
Recherche
Merci de faire connaître ce site